Épidémie

La diphtérie, des enfants qui meurent, des pénuries de médicaments (périmés…), la météo qui s’en mêle, une ville en quarantaine. Mais rien n’arrête le courage des hommes se mettant au service des autres pour terrasser une bactérie microscopique qui fait trembler le monde. Et pour faire mémoire de l’héroïsme qui a mis fin à la tragédie : une course de chien de traîneau ! Quel est le rapport ?

Nous allons à notre tour expérimenter une situation sanitaire et économique inédite pour nous. Mais d’autres sont déjà passés par là, dans des conditions parfois effroyables. Je ne parle pas des pays qui nous précèdent depuis quelques semaines dans la gestion de la crise du Covid-19. La peste, le choléra, la grippe espagnole, la lèpre ont régulièrement décimé la population. Mais une histoire a retenu mon attention. Elle se déroule en 1925 à Nome, en Alaska.

C’est même à la veille de Noël 1924 que tout semble commencer. Le médecin, le Dr Welch, diagnostique une angine sur un enfant. Mais il meurt le lendemain. Un deuxième enfant décède, mais ses parents refusent que le docteur procède à une autopsie. Deux autres décès s’ensuivront et le médecin diagnostique une diphtérie chez un cinquième enfant. La maladie est hautement contagieuse et touche les enfants et les personnes âgées.

La situation est doublement grave : le médecin ne dispose que d’une quantité bien trop faible de serum pour soigner les malades déclarés et à venir et en plus, ce serum est périmé. Par ailleurs, en ce mois de janvier 1925, les conditions météorologiques de ce grand nord empêchent tout acheminement par voies maritime et aérienne du médicament présent dans d’autres villes, notamment à Anchorage.

Les autorités civiles et sanitaires mettent évidemment la ville en quarantaine, s’organisent et réfléchissent à diverses solutions. Celle retenue consiste à faire acheminer le serum par train d’Anchorage jusqu’à Nenana, puis par un relais de chiens de traîneau et de mushers, soit plus de 1000km à travers les grandes étendues blanches et glacées. Ainsi, le 25 janvier 1925, le serum part d’Anchorage en train et est remis au premier musher à Nenana. Le 2 février suivant, ce premier arrivage est remis au médecin de Nome. Un deuxième relais de mushers apportera le 15 février la deuxième livraison de serum. Les malades seront sauvés. Le 21 février, la quarantaine est levée.

Un nom est resté célèbre dans toute cette belle aventure humaine de solidarité : le nom d’un chien : Balto, celui qui a mené le dernier relais de la première expédition.

Pour faire mémoire de cette « course du serum », une course de chiens de traîneau est née en 1973 et met en compétition les meilleurs mushers du monde entre Anchorage et Nome. 1750km en autonomie totale par des températures de moins 30°C quand il fait chaud, moins 50°C quand il fait un peu plus froid.

Nicolas Vanier en a fait sa dernière grande course et sa dernière expédition avant de raccrocher les gants. Il en est sorti un film de Bruno Peyronnet, raconté par Cécile de France et intitulé « Iditarod, la dernière course de Nicolas Vanier ».

L’on peut aussi pénétrer cet univers fabuleux du grand nord, des grandes expéditions avec un livre de ce même aventurier Nicolas Vanier : « La Grande Course, dans l’enfer de la Yukon Quest », chez XO Éditions. C’est un de mes grands livres coup de cœur…

Je me demande quel événement sportif naîtra de l’agonie du coronavirus…

Bonne quarantaine à tous !

Publié par Anne-Marie MICHEL

Pigiste catholique, je m'efforce de témoigner de ma foi dans le Christ, chemin, vérité et vie. Ainsi, ce qui est vrai, bien et beau m'élève et ce trésor se partage. Notre temps est encore celui de la miséricorde, eleos en grec, alors proclamons-la à temps et à contre-temps !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :