Unité

Oraison du 28 juin, mémoire de Saint Irénée évêque et martyr.
« Tu as donné, Seigneur, à l’évêque saint Irénée de faire triompher la vraie doctrine et d’affermir la paix dans l’Église ; par son intercession, réveille notre foi et notre charité, pour que nous cherchions en toute chose ce qui favorise l’union entre les hommes. Par Jésus le Christ, notre Seigneur. »
Méditation.

  • La justice de Dieu consiste à donner à chacun ce dont il a besoin pour son propre salut et pour le bien commun. Ainsi, Dieu ne donne-t-il pas à tous les mêmes dons. Pas d’égalitarisme dans la justice du Seigneur. À saint Irénée, il a donné un juste discernement pour trouver la vérité et en écarter l’erreur, l’hérésie, l’idéologie. Même si « faire triompher la vraie doctrine » concerne la vocation de chaque baptisé, certain en ont peut-être plus le charisme, de façon à nous entraîner tous vers la vérité. Demandons alors à Dieu d’avoir cette soif de vérité et l’envie de l’enraciner en nous-même et autour de nous. Malgré les réticences.
  • Nous prions souvent pour la paix ici ou là, dans le monde, dès que l’actualité nous y pousse. Évidemment, cette prière doit rester au cœur de nos demandes. C’est un devoir de charité. La supplication pour obtenir la paix dans l’Église ne doit pas être délaissée, pour autant. Le deuxième évêque de Lyon s’y est employé là où des conflits théologiques ou liturgiques déchiraient l’Église. Demandons, par l’intercession de saint Irénée, de nous guider dans notre responsabilité personnelle au service de l’Église, où que nous soyons. Nul n’est besoin d’être théologien, ni grand savant sur des questions épineuses, encore que nous ne sommes pas dispensés de nous former, mais nous pouvons favoriser la paix dans l’Église par notre attitude prudente dans les conflits, sans prendre position hâtivement, en favorisant l’écoute et le dialogue.
  • L’Église, dans cette prière d’ouverture de la messe de ce jour, fait le lien entre le réveil de notre foi et de notre charité d’une part, et d’autre part, notre recherche active de l’union entre les hommes. Il est intéressant de noter qu’il est question, ici, d’union et non d’unité. « L’unité est statique et désigne un caractère. L’union est plutôt dynamique et désigne les relations résultant d’un processus », dit le dictionnaire. Nous tendons vers l’unité et pour cela nous sommes invités fortement à entrer dans une dynamique d’union petit à petit. Pour atteindre l’unité en nous-même, en couple, en famille, au travail, au niveau national et… dans l’Église.
  • « Tu as donné, Seigneur, à l’évêque saint Irénée de faire triompher la vraie doctrine et d’affermir la paix dans l’Église ; par son intercession, réveille notre foi et notre charité, pour que nous cherchions en toute chose ce qui favorise l’union entre les hommes. Par Jésus le Christ, notre Seigneur. »

Publié par Anne-Marie MICHEL

Pigiste catholique, je m'efforce de témoigner de ma foi dans le Christ, chemin, vérité et vie. Ainsi, ce qui est vrai, bien et beau m'élève et ce trésor se partage. Notre temps est encore celui de la miséricorde, eleos en grec, alors proclamons-la à temps et à contre-temps !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :